Principes pour mieux planifier les écoquartiers

Q.1 Milieu de vie dense, compact et attrayant

pour assurer le dynamisme de la collectivité

Assurer la proximité par une densité de logements et une concentration d'activités

  • Viser une densité résidentielle élevée à l’échelle du quartier, minimalement de 40 log./ha, et supérieure à celle du milieu d’insertion.
  • Proscrire la construction de maisons individuelles au profit d'autres types d'habitations permettant d'optimiser l'espace (maisons en rangée, plex, multilogements, etc.).
  • Concentrer les ménages et les destinations du quotidien (commerces, équipements publics, transport en commun, etc.) dans un cœur de quartier bien localisé, en considérant les cœurs de quartier existants, et qui sont les plus propices à offrir des milieux de vie complets.
  • Intensifier l’usage des espaces sous-utilisés (terrains vacants, bâtiments désaffectés, parcelles doubles, aires de stationnement sous-utilisées, etc.).
  • Assurer une utilisation optimale du sol (marges réduites, parcelles de petite dimension, emprises publiques restreintes, stationnement de surface limité, etc.).

Tirer profit de la synergie entre densité
et compacité

La compacité et la densité sont deux éléments étroitement liés. La densité fait référence à la quantité de personnes,
de logements ou d’activités présents sur une superficie de territoire donnée. L’atteinte d’une densité brute élevée permet de rentabiliser les investissements d’une municipalité en matière d’infrastructures, d’équipements et de services publics. La compacité, quant à elle, reflète une manière d’occuper le territoire, de façon à créer des liens (physiques et sociaux) en limitant les vides et les discontinuités. 
La compacité permet de créer des milieux de vie à la fois denses et conviviaux. La structure du quartier favorise alors une meilleure interaction entre les personnes.

Offrir un milieu de vie attrayant et bien intégré

  • Privilégier des îlots de petite dimension ou prévoir des raccourcis piétonniers accessibles au public.
  • Assurer une diversité architecturale au sein du quartier, notamment grâce à la diversité des organisations et personnes impliquées dans la mise en œuvre du projet (promotion immobilière, conception architecturale, construction).
  • Tenir compte du caractère du milieu bâti dans les styles et les formes des bâtiments, sans nécessairement s’y conformer strictement (gabarit, alignement, style architectural, etc.).
  • Moduler l’implantation, le gabarit et la volumétrie des bâtiments en prenant en considération le cadre bâti voisin, sans nécessairement s’y conformer strictement.
  • Miser sur les caractéristiques naturelles (topographie, points de vue, végétation, cours d'eau, etc.) et historiques (patrimoine bâti, activités passées, événements historiques, etc.) pour définir une identité propre au projet et mettre en valeur les qualités du milieu d'insertion.
  • Offrir des espaces publics de qualité (aménagement paysager, transition entre les espaces, etc.).
  • Assurer l’animation du milieu et particulièrement des lieux publics (façades commerciales animées, décoration, événements culturels, etc.). Implantation, gabarit et volumétrieImplantation, gabarit et volumétrie du cadre bâti. Source: Vivre en Ville

 

Pour aller plus loin

Ouvrages de Vivre en Ville

Autres ouvrages